Pass navigo : une augmentation inacceptable
23 mars 2017
La commission d’enquête sur les frontières de l’Europe rend un rapport favorable au maintien de Schengen
31 mars 2017

60ème anniversaire du Traité de Rome,  Quelles perspectives pour l’Europe ?

 

60 ans d’avancées

Nous célébrons ce jour le 60ème anniversaire de l’acte de naissance officiel de l’Europe politique. En effet, le 25 mars 1957 était signé le Traité de Rome instituant la Communauté Économique Européenne. Après l’échec de la Communauté Européenne de Défense en 1954, la construction européenne était au point mort. Le traité de Rome a permis de relancer la construction européenne mais aussi d’aboutir à un marché commun permettant la libre circulation des personnes, des marchandises et des capitaux entre les pays membres, six à l’époque. Il définit également les bases de la politique agricole commune mise en œuvre en 1962.

Le Traité de Rome a été réformé plusieurs fois, mais les modifications majeures interviennent avec l’Acte Unique en 1986 qui modernise les institutions communautaires et institue de nouveaux champs de compétences pour la CEE. Vient ensuite le Traité de Maastricht en 1992 qui rebaptise la CEE en Union Européenne, définit les trois piliers de son action : (les communautés fondatrices (CECA, Euratom et CE), la politique étrangère et de sécurité commune et la coopération policière et judiciaire en matière pénale), donne un cadre institutionnel au Conseil européen et lance la création de l’Union économique et monétaire qui a conduit à la création de l’euro. Puis le Traité de Lisbonne en 2007 a permis une révision majeure des institutions européennes :

  • La simplification du processus de décision au Conseil de l’UE ;
  • Une présidence permanente au Conseil européen ;
  • La création d’un haut représentant de la politique étrangère européenne ;
  • Le renforcement du rôle des Parlements nationaux ;
  • La Banque centrale européenne qui devient une véritable institution ;

L’Europe face à de nouveaux défis

60 ans après, l’Union Européenne est composée de 28 États (en comptant la Grande-Bretagne dont la sortie effective n’interviendra pas avant deux ans). L’UE est face à des enjeux nouveaux qui n’existaient pas en 1957 : le terrorisme, la crise des dettes souveraines et la crise migratoire notamment. L’Europe est également confrontée à des crises internes suite au Brexit alors que la mondialisation exige une Europe puissante et protectrice. Pour répondre à ces enjeux et lutter contre la menace de déconstruction de l’UE, il est nécessaire de donner un nouveau souffle au projet européen. C’est en regroupant ses forces que l’Europe pourra préserver son modèle de société et défendre ses valeurs. L’Europe doit être plus lisible et plus proche des citoyens, il faut donc qu’elle soit démocratique et plus représentative. C’est la seule façon de surmonter le scepticisme qui met en cause l’unité des européens.

Relancer l’Europe

Pour éviter le délitement, il est urgent de relancer de nouvelles politiques en phase avec les attentes de nos concitoyens.

 

  • L’Europe sociale

 

Sur le volet social, il faut mettre fin à la concurrence entre les peuples par notamment la création d’un socle européen des droits sociaux comprenant un salaire minimum garanti pour qu’il n’y ait plus un avantage comparatif entre les différents travailleurs. La construction européenne doit passer par des politiques européennes d’harmonisation sociale et fiscale.

 

  • L’Europe démocratique

 

Il faut un véritable budget de la zone euro contrôlé démocratiquement et donc voté par un Parlement de la zone euro, qui sera l’émanation des Parlements nationaux et du Parlement européen, et exécuté par un ministre de l’Économie et des finances de la zone euro. Pour ne pas être rejetée, l’UE doit également être transparente, il faut assurer une réelle transparence des négociations commerciales surtout sur les traités qui peuvent mettre en jeu des modes de vie ou des préférences collectives différentes.

 

  • L’Europe du développement durable

 

L’UE doit également être le fer de lance de la lutte contre le réchauffement climatique par la création d’une stratégie européenne de l’environnement en favorisant les énergies vertes et par conséquent l’indépendance énergétique et la maîtrise du prix de l’énergie, mais aussi par la mise en place d’un prix plancher du carbone dans les pays de l’Union.

 

  • L’Europe de la Défense

 

Il faut renforcer la défense de l’Europe en favorisant une réelle coopération entre les États membres avec une vision stratégique partagée par la création d’un Fond européen de défense pour financer des équipements militaires communs.

 

  • L’Europe de la Sécurité

 

Il faut également renforcer l’action de l’UE dans la lutte contre le terrorisme en améliorant notamment l’alimentation et l’utilisation des bases de données européennes toujours dans cette perspective de coopération intergouvernementale permanente.

Face aux crises, il faut que l’Europe se concentre sur quelques sujets essentiels (et arrête donc de vouloir intervenir sur tout) pour apporter des réponses concrètes et efficaces.

Les élections à venir en France et en Allemagne seront déterminantes. L’Europe ne pourra être relancée que si les populistes sont vaincus et si des majorités pro-européennes et favorables au progrès social l’emportent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *